J'aime bien cette idée du voyage dans le voyage. L'excursion qui arrive pour confirmer qu on est maintenant un peu installé dans le pays, qu'on y réside ici ou là et qu'aller ailleurs,plus loin que ce lieu qui nous abrite c'est encore plus voyager...

Mais il y a autre chose dans ces derniers dessins, est ce parce que je les sais derniers justement ou plutôt parce que je les pressens déjà lourds des regrets de tout départ.

Ce qu'on a pas fait, ce qu'on aurait du faire, et, surtout, ce qu'on aurait pu...Le temps déchire la géographie voilà c'est fini.Mais ce n'est pas fini jamais: ce bout d'île, cette personne avec qui on se disait que peut être...cette adresse formidable où il fallait aller diner ...Voilà c'est fini, trop tard," on ferme ! ",d'ailleurs l'avion attend déjà...

Je détestai, adolescent, ces moments de fin de concours où une voix désagréable couinait "allez lever vos stylos !..."

La copie doit être rendu, je songeai alors aux milliers de lignes rentrées, à toutes ces pensées avortées, à ces mots stoppés net dans leur timide inscription , je me disais cela ferait un sacré bon devoir...Voilà avec le voyage c'est pareil, lève ton stylo Max ils vont ramasser les copies !

Reviens nous avec les visages seulement croisés, avec les rendez vous manqués, les amours effleurés, les restaurants entr'aperçus, les salles que tu as trop hésité à fréquenter, les rues où tu t'es dit:" là  il faudra que j'y revienne plus longtemps" et toutes ces choses qu'on se promet de faire quand l'espace nous fait croire dans son exotisme enfantin qu'il l'a emporté sur le temps...Alors que nous le savons bien au fond de nous que c'est lui qui règne en maitre: tic tac tic tac tic tac...

Mais hauts les coeurs Max ! Car tu l'as eu quand même ce Chronos qui n'aime rien tant que dévorer ses enfants: tu as dessiné.

Il aura beau faire, sonner la retraite, le rappel, ou la fin de la récré, c'est trop tard, ton japon est et sera toujours là dans ces traits.Mes lignes et tes traits, moi ici, toi là bas, nous avons donné au temps qui passe une belle leçon de suprématie d'espace .En somme nous avons écrit à quatre main un livre de voyage infini...

Ne sois donc pas triste mon ami tes "sayonaras" auront toujours des allures de "bonjour ! "