En fait nous sommes tous des Bouvard et Pécuchet.J'insiste: nous portons en nous un véritable dictionnaire des idées reçues.Une île grecque doit être blanche et bleue avec des petites maisons de chaux et c'est pourquoi aborder à Samothrace déçoit souvent par exemple: de grandes maisons ocres à étages presque byzantines ou slaves, des forêts de feuillus. Bref, on y croit pas, Vénus ou pas Samothrace refuse de jouer "lézilegrek" .

De même ici "leujapon" n'y est pas .Où sont les avenues bondées, les embouteillages monstres, les immeubles à néons gueulards mmhmm ? Des ruelles ombrées à la fraîcheur qu'on imagine bienfaisante, des rues calmes , quasi désertes et toujours ces arbres, ces feuillages que tu fais si bien tanguer entre le bâti. Bref, sournoisement, tu nous renvoies à notre ignorance du Japon. "Leujapon" dont parle les journalistes qui y passent en coup de vent (c'est le cas de le dire puisqu'ils viennent seulement y couvrir quelques typhons ravageurs  ou tremblements de terre ) comme les touristes pressés de chercher la confirmation de leurs préjugés tandis que le Japon, lui, leur échappera toujours.

Car je sais qu'il faut avoir avant tout du temps pour découvrir un pays jusque dans sa façon de nous détromper sur ce qu'on croit savoir de lui. D'ailleurs autant se le dire entre nous, dans ce cas on ne le "visite" pas vraiment. Ainsi, combien de fois après cinq ou six ans passés en Californie ou en Afrique du Sud je me suis vu reprocher par des gens de passage: "comment vous n'avez pas vu tel musée,fréquenté telle plage pourtant mentionnés comme incontournables dans tous les guides ? " Non, je le confesse avec un peu de honte, je me suis toujours dit que j'aurais le temps, que j'irai un jour à la sortie du bureau.En revanche, le pays je l'ai découvert dans ses rues où logeaient des amis,dans ses places sans monument particulier où je faisais mes courses, sans même de paysage exceptionnel, non, juste dans cette inimitable mélange d'aspects, de bruits et d'odeurs qui, si l'on arrivait à le recréer artificiellement devant moi aujourd'hui, me ferait repartir là bas à l'instant même.C'est ce Japon que tu nous offres pas le temple à visiter ni le lieu cent fois photographié par les guides et les manuels scolaires.Ce Japon si loin de ce" leujapon" des gens pressés d'en finir lorsqu'il se déplacent.

D'ailleurs,en y songeant bien, ils s'épargneraient nombre de désagréments en filant de suite sur la case "diaporama du retour" en évitant tout le voyage et nous, sur place, bien des files d'attente .

Peut être même qu' alors,on irait les voir les sites à ne pas manquer,qui sait...